Le Home Cinema au casque c’est possible ?

Profiter du son sans déranger son entourage plus ou moins direct (voisin, famille) a toujours été une préoccupation des amateurs de Hi-Fi. A cette fin, les audiophiles ou les mélomanes, peuvent s’appuyer sur une gamme de casques audio de très grande qualité à tous les budgets. Reproduire un son stéréo avec 2 haut-parleurs intégrés dans un casque ne semble pas illogique et une écoute musicale au casque même si elle n’offre pas la qualité, essentiellement au niveau de la spatialisation, d’une écoute avec une paire d’enceintes, permet de monter le volume et de profiter d’un niveau de détails poussé. Avec un investissement modeste, de l’ordre d’une centaine d’euros, un casque de grande marque vous offrira une écoute équilibrée, un port confortable, et ce, sans fatigue auditive.

Pour la reproduction d’une bande sonore de film (d’action) récent, cette idée d’écoute « personnelle » a fait son chemin et plusieurs produits ou technologies ont vu le jour à cet effet. Qu’elles résultent d’un travail en « temps réel » sur la bande passante ou d’un encodage spécifique au préalable, nous allons voir comment, il est aujourd’hui possible de se faire une séance de cinéma sans que s’échappe le moindre dB de vos enceintes.

Sources sonores

Les procédés de traitement numérique sur un encodage 5.1
Nous ferons, dans un premier temps, le tour des technologies de traitement numériques plus ou moins complexes, visant à recréer un son multicanal 5,1 sur un casque à partir d’un encodage en 5.1 présent sur DVD ou Blu-ray. Leur principe est le même : en jouant sur la phase et le niveau des signaux envoyés via les haut-parleurs situés à une très grande proximité des oreilles, les sons peuvent être virtuellement placés dans l’espace.

Les grands spécialistes des formats audio Home Cinema : Dolby et DTS

Dolby Headphone :
Très simple dans le principe, le Dolby Headphone est un post-traitement visant à offrir une spatialisation 5.1 réaliste à un auditeur utilisant un casque en lieu et place des 5 enceintes + caisson habituels. S’appuyant sur les technologies développées lors de la mise au point du Dolby ProLogic II (création d’un son 5.1 à partir d’une source stéréo), le Dolby Headphone est censé vous placer au cœur d’un Home Cinema haut de gamme. Implémenté par exemple sur amplis les Harman AVR-160/260 et 360, Marantz SR5004, 6004/SR5005/NR1601 (liste non exhaustive),  le Dolby Headphone ne semble pas avoir conquis les constructeurs d’amplis home cinema.
Pour en savoir plus sur le Dolby Headphone, rendez-vous sur www.dolby.com/DolbyHeadphone.

DTS Surround Sensation : faire du 5.1 au casque à partir d’une bande son stéréo
Le principe, étant donné les contraintes, est le même que pour le Dolby Headphone. A partir d’une bande son en 5.1, le DTS Surround Sensation retraite les son afin de recréer la spatialisation de ses composants en jouant sur les fréquences perçues, niveaux, délais et phases des signaux. Le DTS Surround Sensation est également en mesure de recréer une spatialisation 5.1 au casque à partir d’une source stéréo. Dans cette configuration, le son stéréo passe en effet entre les mains du DTS Neo:6 qui génère une spatialisation 5.1. La seconde étape est l’application du DTS Surround Sensation sur cette bande 5.1. Et voilà comment, vous pourrez profiter de vos vieilles bandes son stéréo en 5.1 et au casque.
Pour en savoir plus sur le DTS Surround Sensation, rendez-vous sur www.dts.com/DTS_Audio_Formats/DTS_Surround_Sensation.

Ces procédés prometteurs, ne semblent pas pour le moment, avoir séduit les grands noms de l’électronique, mais plutôt les éditeurs de jeux ou constructeurs du monde informatique. Peut-être un signe que la jeunesse du traitement le réserve à des sources peu exigeantes en terme de spatialisation.

Les DSP des constructeurs
Le plus répandu, en raison d’une implémentation systématique sur chaque modèle d’ampli home Cinema, est le Yamaha Silent CInema. Celui-ci est un procédé similaire au Dolby HeadPhone qu’il remplace sur la gamme Yamaha qui préfère réaliser son propre DSP en vue de cette utilisation.

L’encodage à la source avec avec audio-3D
Ce procédé, dans sa logique, est identique aux techniques employées par Dolby ou DTS. Il en diffère sur un point essentiel : la simulation des canaux est créée à l’encodage de la bande sonore et non en temps réel. L’application de l’algorithme de spatialisation peut s’en trouver ainsi largement mieux exploité, plus complexe et ainsi créer un son multicanal beaucoup plus probant.

Pour découvrir l’efficacité de ce procédé, vous pouvez, au choix, vous rendre sur le site audio-3D pour découvrir des extraits de démo ou bien tester chez vous grâce aux titres déjà disponibles sur le marché comme REC 2, Halloween II, The Last Day ou Valhalla Rising. A savoir que le magazine Les Années Laser s’est penché plus en détail sur cette technologie dans son numéro 163, lors du test d’Halloween II. Le résultat semble tenir ses promesses. Reste à voir bien entendu si des éditeurs  autre que Wild Side se décideront à intégrer cette bande son 3D pour casque.

Pour découvrir les démonstrations et en savoir plus sur cette technologie, rendez vous sur audio-3d.com/demo

Smyth Researsh Realiser A8 : cher mais efficace
Sous ce nom un peu barbare se cache en réalité un produit faisant appel à le technologie d’émulation acoustique SVS de Smyth Researsh. En effet, le Realiser A8 est un appareil qui reproduit à l’identique un système Home Cinema dans un casque. Il ne s’agit pas ici de virtualisation mais bien d’émulation au sens ou chaque détails doit être paramétré par une calibration complète du système. Positionnement des enceintes, acoustique de la pièce, réponse en fréquence des enceintes : tous ces paramètres entrent en ligne de compte afin que, une fois le casque sur les oreilles, vous retrouviez votre système Home Cinema à l’identique.

Les raisons de la supériorité :

  1. Une personnalisation totale des corrections
    Le système SVS, afin d’offrir un degré de réalisme poussé, améliore les corrections apportées à la bande sonore en réalisant des mesures acoustiques personnalisées. Ainsi, le paramétrage du Realiser débute-t-il avec une séance de mesure avec des microphones miniatures placés dans vos oreilles. Les paramètres des algorithmes de correction HRTF (Head Related Transfer Function) sont donc parfaitement adaptés à votre morphologie. Cette étape garantit la cohérence de spatialisation.
  2. Une imitation complète d’un système existant (le vôtre)
    Durant la phase de paramétrage, le Realiser paramètre non seulement les HRTF mais est également en mesure de caractériser entièrement l’acoustique du système. Réponse en fréquence des enceintes, acoustique de la pièce, position des enceintes et caractéristiques des électroniques sont prises en compte pour en produire la plus exacte des simulations au casque.
  3. Un système de suivi de mouvement avec HeadTracking
    Le système SVS possède une originalité de plus : un système de headtracking (suivi du mouvement de la tête). Celui-ci agit sur les HRTF afin que le positionnement des sources sonores restent fixes. Lors des mouvements de têtes ou déplacements dans la pièces, la cohérence des sources sonores persiste. Comme si le son était émis depuis des enceintes fixes, les sources sonores restent virtuellement positionnés au même endroit. La cohérence sonore par rapport à l’écran reste ainsi parfaite pendant tout le film.

Les tests sont plus que probants et en voici quelques-uns :
Les plus prestigieux des magazine de Home Cinema en ligne ont été enthousiasmés par ce processeur. Il constitue à n’en pas douter la source ultime pour profiter du son cinéma avec un simple casque.

Pour en savoir plus sur cette technologie, rendez vous sur : www.smyth-research.com

Amateur de séance tardive ou de haut niveau d’écoute, vous saurez maintenant comment profiter au mieux des bandes sons les plus exclusive sans provoquer l’ire de votre voisinage plus ou moins direct. Cet article est censé recenser les procédés les plus répandus. Si toutefois certains m’ont échappés, n’hésitez pas en m’en suggérer l’ajout.

2 thoughts on “Le Home Cinema au casque c’est possible ?

  1. Jacques
    17 août 2010 at 10 h 35 min

    Pour les anglophobes, au sujet du Realiser A8, une traduction en français détaillée du procédé est lisible sur le site web de l’importateur : http://www.smyth-realiser.fr

  2. Scavs
    16 novembre 2010 at 14 h 05 min

    Il manque la technologie de virtualisation Headzone de Beyerdynamic qui n’est pas citée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *