Test AKG K550 : casque fermé haut de gamme au son ouvert

Voilà quelques mois, AKG a présenté un casque de conception innovante : le K 550. Celui-ci est en effet censé proposer l’isolation d’un modèle fermé tout en offrant la qualité d’écoute audiophile d’un casque ouvert. Pour en avoir le coeur net, j’ai pu profiter pendant plus d’une semaine du K550 pour un test sur le terrain.

Casque AKG K550

Présentation de l’AKG K550 : le meilleur des 2 mondes par AKG

Le casque AKG K550 est un produit à la conception particulièrement soignée. Il est doté de transducteurs de 50 mm de diamètre montés dans une charge fermée. Cette conception assure une isolation phonique passive de très bon niveau sans artifice. Grâce au système Real Image Engineering, l’AKG K550 est en mesure d’offrir les qualités de relief et de largeur d’image stéréo de casques de type ouvert. La dernière spécification clé réside dans l’impédance de ce modèle. Celle-ci est en effet de 32 ohms et garantit un fonctionnement optimal avec les appareils mobiles de faible puissance comme les iPod, iPhone et autres smartphones. Il va sans dire que sur le papier, le casque AKG K550 représente une solution d’écoute personnelle et nomade très haut de gamme.

Qualité de fabrication et confort

Au premier abord, le K550 affiche un aspect des plus flatteur. L’arceau rigide en métal dispose de plusieurs positions de réglage. L’arceau est muni d’un coussin large revêtu de simili cuir qui prend appui sur le dessus du crâne.  Les oreillettes sont dotées de  coussinets à l’aspect cuir aux mousses généreuses et à la fermeté idéale pour un couplage efficace en terme d’isolation tout en restant confortable. La possibilité d’orienter les oreillettes contribue également à un bon positionnement sur la tête. Le câble de connexion en cuivre sans oxygène OFC 99,99% est de type unilatéral et d’une longueur de 3 mètres. Il se termine par une fiche jack 3,5mm avec un adaptateur 6.35 mm à visser. Les prises jack sont montées dans un fût en métal au format compact et d’une esthétique en parfaite adéquation avec le casque. Après plusieurs heures d’écoute, le confort s’est avéré très bon, sans impression de surchauffe au niveau des oreilles. On ne peut malheureusement en dire autant de l’arceau dont la bande en cuir à la mousse fine peut se faire sentir sur le haut du crâne.

Le moment de vérité : le K550 à l’écoute

Pour tester ce casque, j’ai choisi de le connecter sur une carte son Creative avec ampli casque capable de gérer des modèles 600 ohms mais aussi sur un simple iPhone. Une fois connecté à chacun de ses appareils les résultats sont enthousiasmants. Dès les premières notes, le très bel équilibre vous fait découvrir vos musiques favorites sous un jour nouveau. La réponse en fréquence très étendue se traduit dans les faits par des basses profondes et propres. Pour les premières séances de test, j’ai opté pour la compilation Diapason 31H consacrée à Jordi Savall. Les premières secondes de la piste “Musique au temps de Louis XIII – Les ombres” laissent peu de place à la discussion : toutes les percussions sont reproduites dans leurs variation de fréquence et d’intensité les plus subtiles. J’ai ensuite opté pour le Requiem de Verdi. Cette oeuvre très connue du répertoire classique est reproduite avec brio : l’image stéréo et le relief laissent entrevoir l’ampleur de la composition symphonique. Là encore, l’équilibre des registres assure une écoute sans fatigue. Cette sensation de richesse et de lisibilité du message sonore est conservée même lors des passages les plus violents. J’ai ensuite lancé la piste Jasmin In The Air de l’album A Matter of Time du Peuple de l’herbe et sa rythmique reggae. Une fois encore, rien à redire : le sens du rythme fait honneur aux artistes lyonnais. Sans surprise, le K550 s’est révélé être un partenaire musical des plus appréciables. La lourdeur que j’avais pu constater avec certains casques fermés n’est pas du tout présente. Le son ne donne à aucun moment l’impression d’être « dans la tête »  et les basses fréquences ne masquent pas les autres registres. Pour terminer, j’ai soumis le K550 a une petite séance cinéma en stéréo comme en multicanal avec le procédé Yamaha Silent Cinema. Si la spatialisation en 5.1 avec le DSP Yamaha n’est pas des plus convaincantes, les capacités d’analyse de cet AKG de même que l’étendu de sa réponse en fréquence sont de précieux atouts pour une belle sensation d’immersion. Il en va de même pour toutes ces petites subtilités des bandes son qui impriment une ambiance et contribuent à la construction de l’univers diégétique du film.

Conclusion

Proposé au tarif de 299€, l’AKG K550 est clairement un casque haut de gamme. A ce niveau de tarif, il affronte une concurrence de modèles audiophiles ouverts qui pourront lui voler la vedette en terme d’image stéréo. Mais, le K550 est un produit à la croisée des univers nomades et haute fidélité. Sa faible impédance, sa conception  fermée et son excellente isolation phonique lui offrent une polyvalence que beaucoup de mélomanes sauront apprécier. Les prestations sonores m’ont aussi beaucoup séduit : l’équilibre des registre, la richesse des timbre, l’étendu dans les basses fréquences rendent les écoutes des musiques les plus variées toujours agréable. Pour ne rien gâcher, cet AKG K550 est un bel objet aux matériaux nobles dont la qualité de fabrication est remarquable. Le casque AKG K550 est à mon avis un produit parfait pour qui recherche une écoute de qualité pour le quotidien. Son isolation assure un superbe rendu peu perturbé par le contexte extérieur. S’il ne peut être considéré comme un casque mobile, cette utilisation de manière exceptionnelle ne lui fera pas peur. Il faudra alors compter sur un cordon très long et une taille imposante.

Je tenais à remercier LDLC.com pour le prêt de casque AKG K550, proposé au tarif de 294€95.

 Voir la galerie complète consacrée au casque AKG K550

4 thoughts on “Test AKG K550 : casque fermé haut de gamme au son ouvert

  1. 30 avril 2012 at 10 h 34 min

    Dommage que le casque soit aussi gros…pour une utilisation nomade cela semble bien compliqué !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *