Test du Pioneer VSX-827 : un ampli 7.1 connecté méritant

Une première. Ce test d’un amplificateur Pioneer est pour moi une grande première avec cette marque. Partant plein d’a priori, j’ai choisi un produit de milieu/bas de gamme aux fonctionnalités complètes et à la puissance confortable avec le VSX-827 pour mettre un premier pied dans l’univers des ampli audio/vidéo Pioneer. Une vraie découverte pour moi et un produit qui malgré ses limites a su me séduire sur bien des plans.

Pioneer VSX-827 vue de face

Une présentation un peu légère

Pioneer VSX-827 : présentationLe Pioneer VSX-827 appartient à ces gammes de produit dont on ne peut attendre tout. Et sur le plan de la présentation, cette électronique joue dans la cours des basiques avec une façade et des boutons en plastique durs et brillant au toucher peu flatteur. L’afficheur LCD n’est pas de type « Dot Matrix » et se révélera à l’usage assez peu utile pour la diffusion des informations de sources, nombre de canaux et mode de décodage. La connectique avant ne compte qu’une sortie casque et une entrée USB couplée à une entrée vidéo composite pour le branchement de smartphone et tablettes au moyen d’un câble adaptateur fourni mais réservé aux générations antérieures de l’iPhone (non lightning). Le panneau arrière dispose d’une connectique peu dense mais bien fournie en entrées HDMI. La connectique analogique située sur la partie basse à gauche comporte une entrée YUV, 2 entrée vidéo composite et 3 entrées stéréo analogique. Deux entrées numériques (1 optique et 1 coaxiale) et un port Ethernet viennent compléter ce tableau. Les borniers sont de type à vis pour les 7 enceintes principales. Pioneer VSX-827 : vue interneLe bornier à pince est réservé aux voies Front Height ou au bi-câblage des voies L/R. Le capot en métal qui recouvre les composants une fois retiré démontre sa légèreté et sa fabrication de piètre qualité en se tordant légèrement lorsque les vis le maintenant sont ôtées. Le châssis est composé d’un fond en métal assez fin qui supporte la façade en plastique dotée de renfort et le panneau arrière. Pesant moins de 10 kg pour 7 canaux de 130 Watts, le VSX-827 affiche une densité interne importante où les éléments d’alimentation, de puissance et de traitement numérique se côtoient sans isolation autre que spatiale. Les transistors de puissance sont placés sur la partie avant du châssis contre un radiateur aux ailettes largement dimensionnées et permettant de se passer de ventilation mécanique. La carte de traitement vidéo avec son processeur Analog Device est fixée directement au niveau des connecteurs HDMI. Basique mais sérieuse, cette construction nous rappelle, si nous l’avions oublié, que nous sommes bien en présence d’un produit à moins de 500€ qui mise avant tout sur ses spécifications et non sur une conception audiophile pour séduire ses utilisateurs.

Installation et intégration : du bien et du moins bien

Pioneer VSX-827 : panneau arrièreComme d’habitude, j’ai greffé cet amplificateur à mon système home cinéma classique : enceintes Focal Chorus 706V, lecteur Blu-ray Samsung BD-P1600, PlayStation 3,  lecteur DVD Marantz DV6004, platine CD Marantz 6000OSE et téléviseur Samsung 40C530.  La connectique, aussi limitée qu’elle puisse paraître, a permis le raccord de toutes ces sources et diffuseur sans difficulté ni longue réflexion. Alors que je m’attendais à retrouver l’interface graphique du lecteur Blu-ray BDP-440  lors de la mise en route de cet ampli-tuner, j’ai dû me contenter d’un OSD noir et blanc me rappelant étrangement mon Marantz SR7000 vieux de 12 ans ! L’accueil est donc austère, malgré sa présence sur la sortie HDMI… Austère mais efficace et sans fioriture. L’invitation est assez claire : il faut effectuer un paramétrage automatique pour calibrer au mieux le système home cinéma et son rendu. Pioneer VSX-827 : menu de configurationIl est toutefois possible de prendre la main sur les (très bons) réglages du MCACC. Seul bémol, l’assignation des entrées est pour le moins sommaire et m’a fait douter quelques temps du bon fonctionnement des mes sources. La configuration HDMI permet de sélectionner le mode de traitement vidéo appliquée à chaque source connectée : upscaling, ou by-pass. Il est ensuite possible de déterminer si le VSX-827 peut être mis en route via le réseau et notamment l’application. Ce menu constitue la trame centrale du paramétrage de cet amplificateur. L’autre section est constituée par la passerelle réseau dont l’interface à l’écran est similaire à celle du BDP-440. Malheureusement, la navigation parmi les dossiers est assez laborieuse car peu réactive et les listing ne peuvent défiler par page. Les centaines de choix parmi des dossiers ou des thématiques de radios Internet pouvant vite se transformer en calvaire à l’usage pour faire une sélection. La seul et unique solution résidant dans l’emploi de l’application ControlApp qui redonne un vrai souffle à l’exploitation de cet électronique sans écran.

Une passerelle réseau ouverte à l’ergonomie en retrait

Pioneer VSX-827 afficheur LCD en mode Network Media ServerComme tout amplificateur connecté qui se respecte, le VSX-827 est doté d’une passerelle réseau permettant d’accéder aux fichiers stockés sur PC Windows 7, aux serveurs NAS uPnP ou DLNA, aux radio Internet et jouit d’une certification AirPlay. Le menu sur écran de la section réseau est des plus sommaires sur l’afficheur LCD de l’ampli et n’autorise aucune navigation si le téléviseur est éteint. La partie OSD est plus accueillante mais réserve encore quelques mauvaises surprises. La navigation parmi les nombreux dossiers qui peuvent composer une bibliothèque dématérialisée s’avère assez lente. Surtout, les pages de 10 dossiers ne peuvent être passées par une manipulation, il faut bien appuyer 10 fois sur la télécommande pour aller à la page suivante. Capture de l'application Pioneer ControlApp pour iPhoneUn choix d’autant plus regrettable que cette même logique intervient également dans la gestion des fort nombreuses webradios classées par genre ou par pays. Ces listes peuvent parfois être désastreusement longues et rebuter même les plus motivés pour trouver leur station. Il faudra vous armer de patience et bien penser à effectuer une sélection de radios favorites qui seront accessibles beaucoup plus facilement. L’application pour iPhone ou smartphone Android constitue un très bon remède à ces lacunes. Simple et efficace, elle profite d’une navigation tactile fluide et autorisant le changement de dossier et le défilement de manière parfaitement aisée. Cette dernière autorise la navigation parmi les dossiers des serveurs mais ne propose pas de lecture des contenus de l’iPhone/iPad. Il vous faudra pour cela passer par l’application musique classique et choisir le Pioneer VSX-827 comme source de diffusion audio via l’icône AirPlay. Parmi les autres points positifs, je me pencherai surtout du côté des formats reconnus : MP3, WMA, AAC et WAV et FLAC jusqu’en 24 bits 192 kHz. Lors de mes différentes écoutes, toutes les résolutions, du 16 bits 44.1 kHz au 24 bits 192 kHz en passant par des variantes 176.4 kHz ont été lues sans difficultés. A noter que la mise en pause de ces fichiers FLAC n’est pas possible. Les amateurs de produits Apple noteront que les fichiers ALAC (Apple LossLess Audio Codec) manquent à l’appel. Étant AirPlay, cette unité pourra supporter la diffusion de ce type de fichiers s’ils sont stockés sur  iPhone ou iPad ou via la lecture depuis iTunes sur Mac ou PC. Hormis son ergonomie contraignante, cette passerelle réseau pourra satisfaire les utilisateurs qui possèdent de nombreux albums dématérialisés en HD. Après une période de prise en main ou en utilisant l’application dédiée, de longues heures d’écoute sans bouger de votre fauteuil s’offrent à vous.

Performances home cinéma satisfaisantes

Pioneer VSX-827 en mode Home CinemaNous aborderont cet amplificateur tout d’abord pour ses performances général en matière de home cinéma aussi bien en termes de gestion audio, spatialisation ou modes DSP. J’ai volontairement omis le traitement vidéo qui se résume à un upscaling 1080p tant celui-ci s’avère accessoire. Une fois la calibration MCACC effectuée, les écoutes se sont multipliées aussi bien à partir de Blu-ray que de plus simples DVD ainsi que de quelques jeux. Comparé à un Yamaha RX-V2067, je dois avouer que le Pioneer VSX-827 s’en tire avec les honneurs. Précision de la spatialisation, cohérence entre les différentes voies frontales et surround procurent une expérience home cinéma très plaisante. Le canal de grave s’intègre très bien et vient appuyer quand nécessaire les 5 enceintes. On peut remercier sur ce point la calibration MCACC pour son excellent travail. Sur la scène de l’attaque du village de musiciens dans Kung Fu Panda 2 (V.O 7.1 en Dolby TrueHD), les sons virevoltant d’une enceintes à l’autre, incluant aussi bien des voix, des impacts et des notes de musiques sont reproduites de manière très précise et sans différence entre des enceintes pourtant non identiques. J’ai ensuite pris le parti de jouer le film Inception dans sa totalité pour juger des qualités et des défauts du Pioneer sur une bande son mêlant effets spéciaux et musique de grande envergure. L’amplificateur montre  alors sa belle rigueur avec bonne intelligibilité des dialogues et une partition de Hans Zimmer qui s’exprime sans devenir agressive. Il s’agissait d’un des points sur lequel j’attendais et ce Pioneer, et sa neutralité m’a surpris dans le bon sens. Les séances cinéma et de jeux vidéo aux univers sonores peu subtiles ne m’ont jamais amener à baisser le niveau d’écoute… pas plus qu’à le monter d’ailleurs. En effet, à volume plus élevé, l’équilibre semble évoluer pour projeter plus en avant aigus et graves au détriment des médiums et donc des dialogues. Moi qui suis un habitué des électroniques Marantz, je suis assez sensible à ce caractère rendant l’écoute plus terne (mais ceci n’est qu’une question de goût). Si le rendu n’est pas parfait ni répondant à toutes mes attentes, son sérieux et sa belle capacité de spatialisation permettent de procurer de belles sensations immersives.

Des écoutes musicales plaisantes mais manquant de rondeur

Pioneer_VSX-827_test_audioCe qui du côté home cinéma peut passer pour de la rigueur et de la neutralité peut vite tourner à la froideur lorsque la musique est seule présente. Les écoutes se sont déroulé selon 2 modes : en connexion analogique Pure Direct avec le lecteur CD Marantz CD6000 OSE ou avec la passerelle réseau avec des fichiers compressés en MP3 ou FLAC. Si les premières heures d’écoute se sont montrées déroutantes par rapport à mon Yamaha beaucoup plus doux, le Pioneer au fil des heures s’est révélé être un compagnon de séance hi-fi agréable. Rempli de préjugés quant à ces électroniques, j’ai cherché à piéger cet amplificateur au moyen de CD au rendu pouvant vite mal tourner mal sen raison d’aigus et de basses non maîtrisés. J’ai donc attaqué la séance de « torture » avec Erik Truffaz et son Bending New Corners dont les longues notes soutenues de  trompette peuvent devenir désagréables à l’écoute sitôt que le volume atteint un niveau réaliste. Ce Pioneer ne joue pas dans la surenchère, contourne ce premier piège et livre une belle restitution, juste et sans agressivité. Les attaques, comme j’ai ensuite pu le constater par la suite  avec le titre Folia: Rodriguo Martinez issu du CD de test Diapason Hors Série N°31 manquent un peu de franchise. Cette piste difficile mêlant percussions, instruments à cordes et très rythmée est rendue de manière très honnête. Parce que la musique n’est pas que classique, j’ai insufflé une petite partition de The Second Law de Muse. Comme à mon habitude, pour les musiques récentes, j’opte pour un réglage en mode Pure Direct puis une commutation en mode Stéreo avec activation du MCACC et gestion du caisson. Le second réglage étant de loin le plus spectaculaire et permettant de rendre à la production réalisée son intensité. En dernier point de test, j’ai opté pour la bande originale de The Social Network avec le titre The Gentle Hum of Anxiety de Trent Reznor et Atticus Ross afin d’avoir un aperçu de la maîtrise des premières octaves. La sensation d’oppression n’est pas aussi appuyée, marquée qu’avec le Denon AVR-1713 ou mon Yamaha RX-V2067. Le registre grave est un peu dégraissé en mode Pure Direct. Au final, j’ai passé de longues heure à écouter cet amplificateur Pioneer VSX-827 et celui-ci s’est avéré être un compagnon musical au tempérament marqué mais qui pourrait satisfaire bien des utilisateurs par son rendu détaillé et son équilibre rigoureux à niveau modéré.

Conclusion

Le Pioneer VSX-827 entre en concurrence frontale avec le Denon AVR-1713 que j’ai pu tester il y a quelques mois. Et leurs arguments diffèrent sur bien des plans. Le Pioneer joue la carte du Home Cinéma 7.1 avec un décodage précis et une belle spatialisation, une parfaite cohérence de l’environnement sonore créé. La calbration MCACC mono point s’avère sur ce point d’une belle efficacité. La passerelle réseau très ouverte souffre, comme sur le Denon, d’une ergonomie en retrait qui obligera l’utilisateur à recourir à une application de contrôle pour Smartphone iOS ou Android afin de l’exploiter au mieux. Les utilisateurs d’iPhone, iPad ou iTunes profiteront d’une compatibilité AirPlay qui autorisera la diffusion de fichiers ALAC ainsi que l’exploitation de listes de lecture (une fonctionnalité qui manque vraiment sur la passerelle intégrée à l’ampli). Le rendu audio en écoute musicale m’est apparu comme un peu froid, manquant de rondeur (question de goût) et d’un peu de punch sur les attaques de notes. En contrepartie, ce petit Pioneer offre un rendu détaillé et rigoureux dont l’intelligibilité du message profite à chaque instant. Disponible aujourd’hui pour 499€, cet amplificateur home cinéma Pioneer est une vraie bonne surprise à mes yeux. Sa connectique suffisante et bien pensée même pour une installation comportant des matériels anciens, ses fonctionnalités complètes et son rendu détaillé lui confèrent un excellent rapport qualité/prix. Le tempérament de ce Pioneer est assez marqué dans le cadre de ce test réalisé avec des enceintes Focal, mais une association plus judicieuse avec des enceintes plus tempérées (de belles anglaises comme KEF ou Q Acoustics) permettraient de réaliser un système assez polyvalent home cinéma et Hi-Fi.

Le Pioneer VSX-827 en image

Je tenais une nouvelle fois à remercier mon partenaire LDLC.com pour le prêt de cet ampli AV Pioneer VSX-827.

Liens utiles :

8 thoughts on “Test du Pioneer VSX-827 : un ampli 7.1 connecté méritant

  1. David
    18 mars 2013 at 10 h 53 min

    Bonjour
    Très bon test
    Je possède un yamaha rxv 2067 que j aimerais bien remplacer pour avoir quelque chose de plus pechu dans le homcinema.
    Quel et après vous le meilleur choix je pense à un pioneer justement !
    Je possède un kit focal dôme et bientôt un kef e305 aussi!

  2. Julien
    18 mars 2013 at 22 h 02 min

    Bonjour David.

    En effet, un Pioneer pourrait s’avérer un bon choix pour dynamiser votre expérience home cinéma. Pour utiliser un RX-V2067 au quotidien, je vous conseillerai un Pioneer un peu plus haut de gamme afin de profiter d’une plus grande aisance à l’usage. L’autre suggestion que j’aurai à vous faire uniquement sur leur réputation, serait de tester les amplificateurs Harman et pourquoi pas un NAD au tarif plus onéreux.

  3. David
    19 mars 2013 at 20 h 37 min

    Merci
    Super sympa 😉
    J avais pensé à un 2022 ou lx56 ?
    Merci encore
    Bonne soirée

  4. Julien
    19 mars 2013 at 21 h 56 min

    Si vous voulez sur un simple 7.1, le SC-2022 testé sur HDfever est un très bon produit. Si vous souhaitez plus d’évolutivité, le SC-LX56 sera plus adapté avec ses 9 canaux de puissance et sa connectivité améliorée. Reste le point du budget qui pourrait faire pencher la balance en fonction de l’un ou de l’autre.

  5. David
    20 mars 2013 at 8 h 21 min

    Merci encore
    J’aime bien les tests de Nico très professionnel comme les vôtres aussi;)!!
    En tant que processeur du même ampli quesque vous avez trouvé de plus dans les ampli pioneer que l’ont ne trouve pas sur notre yamaha?
    Je souhaiterais vraiment avoir une meilleur expérience homecinema car la jais envi de tout changer mais je me demande si ça vien vraiment de l’ampli ou tout simplement des dômes.
    Merci encore pour votre professionnalisme et vos retours super!

  6. Julien
    23 mars 2013 at 18 h 03 min

    Très bonne question que la vôtre.

    Mon Yamaha, je le répète est un produit plus haut de gamme qui me satisfait beaucoup plus que ce Pioneer : sur le plan musical, par son usage très aisé, par sa bonne gestion de la compression de dynamique qui autorise le visionnage de films remuant à niveau bas en préservant les effets et l’intelligibilité des dialogues et par sa belle réserve de puissance qui lui permet de monter le volume sans ressentir de fatigue auditive. Le rendu est doux et maîtrisé. Certains trouveront un peu trop et ne seront pas sensible à ces qualités.

    Le Pioneer est un peu plus démonstratif, et ô combien avec des enceintes Focal. Mais ce couplage pourrait vous déplaire par son côté plus acide et froid.

    Quant à savoir quel élément remplacer pour percevoir le plus grand changement, je vous dirai sans hésitation les enceintes. Si le pack dôme est très performant, un système moins compact épaulé par un subwoofer conséquent pourrait vraiment transformer votre expérience en home cinéma. Vous pourriez notamment lire le test d’AVHD consacré au pack Klipsch qui a été réalisé avec un tout petit Yamaha RX-V473.

  7. Nicolas
    10 juillet 2013 at 11 h 51 min

    Bonjour,

    Merci pour votre test,

    Une petite question d’un « novice » : Quand on envoie une source stéréo sur cet ampli (TV, musique) a-t-il la possibilité de l’upscaler vers du 3x stéréo (sur un Kit 7.1 par exemple) ou vers un format DTS/Dolby divers ?

    (Un peu comme le fait le décodeur DDTS 100 de Creative si vous connaissez…)

    Merci de votre réponse !

  8. Julien
    21 septembre 2013 at 10 h 54 min

    Une réponse tardive : oui, sur une source stéréo, l’ampli est capable de générer un semblant de son surround 7.1 au moyen des procédés Dolby Prologic IIx et DTS Neo:6.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *